Coffret 1 - Découverte Richard Leroy


Produit épuisé.

Dégustation et garde

    Description

    Toute la magie du domaine Richard Leroy dans un coffret comprenant :
    > 1 flacon de Coteaux du Layon "Les Noëls de Montbenault" 2003, 50 cl (valeur 45€)
    > 1 flacon de Chenin Blanc sec "Les Noëls de Montbenault" 2010 (valeur 24€)
    > 1 flacon de Chenin Blanc sec "Le Clos des Rouliers" 2010 (valeur 20€)
    > 1 BD "Les Ignorants" de Etienne Davodeau (valeur 24€)

    Coteaux du Layon "Les Noëls de Montbenault" 2003
    2003 est sans doute le millésime le plus intéressant pour élaborer un vin liquoreux. Le climat était bénéfique pour une superbe maturité des raisins qui se sont gorgés de sucre. Mais les vins de Richard Leroy ont un plus : celui d'avoir un sol parfait pour obtenir une minéralité intense. C'est la mariage de ces deux conditions qui font que Les Noëls de Montbenault 2003 sont d'un équilibre parfait.
    Tout d'abord, la robe or intense et brillante de ce vin est d'une beauté et d'une générosité irréprochables. Quand au nez, c'est un bonheur qui illumine chaque visage ayant la chance de sentir ces beaux parfums de fruits confits. Un mélange entre les notes d'abricots confits, d'oranges amères confites, de mangues et de fruits de la passion avec quelques touches épicées comme le gingembre. En bouche, c'est une merveille, un plaisir de douceur toujours bien équilibré entre la densité des arômes de fruits sur-maturés et la fraîcheur du terroir venant ajuster et affiner la finale. Ce vin reste d'une structure puissante et complexe dont la finale est longue, ample, voire même onctueuse et gourmande. J'avoue que ce vin me rappelle d'intenses moments de dégustations comme celles des grands vins sucrés allemands.
    Une vraie magie, le travail de Richard Leroy est d'une superbe précision.

    Chenin Blanc sec "Les Noëls de Montbenault" 2010
    Cette parcelle est à l’origine du domaine. Son terroir est riche en schistes gréseux et rhyolites (roches volcaniques) ce qui permet d'obtenir une très bonne fraîcheur dans les vins. Situées sur les hauteurs de Layon sur 2 hectares plein sud, elles bénéficient d’un climat parfait pour la culture de Chenin Blanc sec.
    Sur 2010, la robe jaune paille aux reflets brillants et soutenus indique vraiment la race et la typicité de ce cépage. Le nez est gourmand, bien généreux et dévoile peu à peu une certaine minéralité. Les arômes pleins du Chenin Blanc sont à la fois gourmands et charmants en se caractérisant par des notes de fruits telle la poire, la pomme et même quelques parfums d'aubépine allégeant le tout. En ouvrant le vin dans mon verre, je découvre de petites touches d'élevage rendant le vin un peu sur la réserve. L'attaque en bouche est franche, elle exprime une plaisir charnel et également une belle salinité. C'est grâce à cette dernière qu'on a envie de reprendre encore une fois le vin en bouche pour en apprécier la parfaite harmonie entre la douceur des arômes fruités et floraux et la matière fraîche et droite que la structure du vin dévoile. Le vin est vraiment surprenant car au fil de la dégustation, il s'ouvre énormément, devient de plus en plus complexe pour arriver à un équilibre juste et traçant une finale longue, pure et précise.
    Il est vrai que le vin est digeste et agréable à boire aujourd'hui mais je pense que la magie de ce vigneron et de son cépage nous ferons vivre une grande magie dans un futur proche.

    Chenin Blanc sec "Le Clos des Rouliers" 2010
    Le Clos des Rouliers est l'autre parcelle de Richard. Elle se trouve sur la partie basse du coteau, bénéficiant du même terroir mais la présence du soleil et du vent y est moindre, permettant d'avoir des raisins un peu plus riches. On s'en rend bien compte en dégustant le vin.
    Tout d'abord, la robe est sensiblement la même, elle arbore ce jaune doré mais les reflets sont plus gras et plus intenses malgré une brillance limpide et lumineuse. Au nez, le vin se montre plus gourmand, il est doté d'arômes plus généreux telle la poire, le coing, la pêche blanche et quelques touches de jeunes abricots. Avec une aération, je découvre des notes vanillées, toastées, apportées par un élevage très bien maîtrisé. Il est parfaitement intégré dans la matière et rend le vin plaisant et harmonieux. En bouche, je découvre le mystère de ce terroir car, au milieu de cette dégustation ample et charnelle, se dessine une trame minérale venant équilibrer le vin et prolonger le plaisir vers une finale longue, délicate sans perdre le plaisir aromatique des parfums de fruits mûrs. Le vin est assez puissant, signe du millésime et du cépage mais il est vêtu d'une texture pure et agréable.
    Encore un grand vin, moins tendu mais tout aussi racé.

    + 1 BD "Les Ignorants" de Etienne Davodeau

    Suggestion gourmande